Hier, j’ai donc passé un long moment avec les anciens du collectif SDF Alsace. Mon moral est à plat en ce moment, je vous l’avoue en m’excusant de cet étalage hors poésie.
Les anciens me font un bien fou.
Nous devions parler de l’impact de l’état d’urgence sur les sans-domicile, du rangement du garage, de la situation des jeunes à la rue avec une attention particulière sur les très jeunes filles, de l’ambiance générale et de projets secrets…  Bref, la routine.
La réunion s’est tenue sur le point de manche de Roger.
Il avait reçu assez d’argent pour manger et son tabac, c’est pourquoi il a accepté. Oui parce que la manche ne marche pas si il y a trop de monde.
L’état d’urgence va foutre le bazar dans des vies déjà compliquées. Il y a ceux qui n’ont plus de papiers d’identité, ceux qui sont obligés de trimballer toutes leurs affaires et bien sûr les sans-papiers… Il y a les abus à craindre. Ça va être compliqué c’est sûr.
A propos des jeunes. C’est compliqué aussi, on avait discuté avec un travailleur social plutôt ouvert d’esprit juste avant « il y a du personnel, les moyens sont là, les travailleurs sociaux sont motivés,…  » à l’écouter tout va bien. Bon d’accord mais les jeunes sont de plus en plus nombreux dehors et sans solution. Parfois un foyer est évoqué, parfois… Et ça ne les tente pas toujours. Parfois, les filles accepteraient, mais souvent elles ont un chien pour se protéger. Et là c’est bizarre car on leur demande d’abandonner leur compagnon alors qu’il existe deux lieux qui accueillent avec les animaux. Même le 115 semble oublier cette possibilité quand on téléphone. Bizarre je vous dis. En attendant les jeunes restent dehors alors que parfois des places restent innocupées. Bon, ça dépend des jours et de qui fait la maraude. Là aussi c’est bizarre. Il vous faut savoir, qu’il y a des places qui sont réservées pour que les maraudes dirigent du monde. Une maraude prévue un soir n’a pas eut lieu et les places sont restées désespérément vides. C’est moche. C’est surtout très con. Un autre soir la maraude n’a dirigé que trois personnes. Dimanche par contre c’était impeccable. Des fois ça marche et ça fait bizarre.
Les travailleurs sociaux sont en général d’accord pour dire que le CCAS ne fait pas ce qu’il faut… Mais ça fait des années que nous entendons ça…
Tiens, une chose qui fait mal en ce moment ; cinquante places sont prêtes à accueillir à Lyautey mais le préfet refuse de les ouvrir. Et comme personne ne fait pression pour que cesse cette aberration, tu as des frais, des salariés qui, eux aussi, attendent et des gens qui ont froid.
Bizarre je vous dis.
Les sans-domiciles trouvent que tout ça est mal géré, qu’il y a des dysfonctionnements qui se sont installés sans que personne ne soit capable de régler tout ça. Pour eux le boulot laisse parfois à désirer.

On avançait bien sur notre réunion quand deux jeunes sont arrivés. Deux mecs. Faut tout leur dire et répéter tout le temps. Moi, ils m’agacent. « ne hurle pas, parle normalement, tu es devant un magasin, respecte et pense que Roger peut perdre son point de manche. Pose pas ta bière n’importe où et va pisser ailleurs ». Tsss aucune éducation.
Nooon les trois dames de l’aumônerie de rue !!! Super, le plaisir de se retrouver, on bavarde de tout, de l’exposition de Grains de sable, de poésie, du froid, de l’hébergement, des Morts et des Vivants. On s’embrasse aussi. Elles repartent.
J’ai oublié de vous dire que des militaires passaient tout le temps. Ils viennent de Toulouse.
Pour le rangement du garage samedi, le Seb viendra aussi. Les anciens feront la manche, les jeunes cons feront la bouffe et nous du rangement. Comme ça, on ne perd rien comme on dit, chacun son rôle et tous contents ; même la solidarité s’organise. D’ailleurs « Ils » devraient nous payer car on bosse mieux qu’eux. Ouais, on rigole entre nous de tout ce bazar. On se moque gentiment.
Et là, je ne sais pas ce qui m’est arrivée, mais j’ai décidé de boire un coup avec eux. Non, pas de volvic citron mais une bière. Attention hein, pas la 8.6 pas chère, une adelscot.
Ils n’en revenaient pas.
A partir de là les sujets abordés sont secrets, je ne peux rien dire.
Voilà c’était une réunion du collectif.
Salut

Ha oui c’est vrai, on a un nouveau plan bouffe qui semble solide.
Et j’ai oublié de vous raconter ce qui est arrivé à tous ceux qui dormaient sous les ponts. Dimanche ou lundi, les vannes ont été ouvertes et les mecs se sont retrouvés dans trente centimètres d’eau en deux minutes. Ils sont partis en courant. C’est con, ils ont perdu toutes leurs affaires.

Salut pour de bon

Publicités