Salut les gens.
Malgré les températures c’est un peu chaud à Strasbourg.
Vous êtes nombreux à nous demander ce qu’il se passe, pourquoi tant de monde partout.
Et bien les personnes étrangères qui ont demandé l’asile depuis deux ans viennent de recevoir la sentence: c’est un refus pour beaucoup. Rien de neuf dans le paysage de l’accueil contrairement à ce que racontent trop de gens. La France n’accueille pas.
Donc les voici qui passent de migrants avec peu de droits à déboutés sans droit.
Du coup, nous avons une affluence de familles perdues qui se retrouvent à faire la queue dans les associations débordées et aux distributions de repas,… 
Les tensions sont inévitables.
Plus d’attente, parfois des priorités de moins en moins acceptées, des conflits ramenés dans les bagages,…, et dans certains lieux non professionnels, une organisation qui va amplifier les problèmes au lieu de calmer ou de désamorcer.
Il y a des garanties de la part de la préfecture qui ne semble pas vouloir que des mômes et leurs parents errent dans les rues.
Nous espérons que ces familles seront rapidement mises à l’abri pour les quelques mois d’hiver ce qui laissera aux décideurs en tous genres le temps de prendre des décisions pour la suite. Car, nous le savons bien, après la fuite et des années ici, ces personnes resteront. Et c’est compréhensible.
Nous attendons pour eux une mise à l’abri qui soit complète avec les repas, le suivi par la CIMADE qui va recevoir des moyens supplémentaires, un vestiaire,… 
Bref, un accueil qui ressemble aux discours lyriques entendus ces derniers temps.
Sauf si quelqu’un a le culot de parler sans gêne des  »mauvais » migrants à opposer à des  »bons » migrants.
En attendant nous restons solidaires et tentons d’apaiser les estomacs et les esprits non sans inquiétudes pour tous les autres sans-abri.
L’hiver à Strasbourg s’annonce très rude.

Publicités