Notre gouvernement comme le précédent a mit en œuvre des mesures d’austérité : contrôle du rsa, chômage de masse et radiations, expulsions locatives, TVA, taxes, …  à une époque où ils pensaient, sans doute faire fuir les réfugiés présents sur le territoire en les harcelant et dégoûter ceux qui fuient en masse et cherchent à se poser.

Ces mesures sont le choix délibéré de dirigeants qui ont décidé de nous faire croire qu’ils viendraient à bout de la crise en s’attaquant aux plus petits budgets. Ils auraient pu faire d’autres choix comme s’attaquer à la fraude fiscale, soumettre le CICE à des contrôles mais préfèrent s’attaquer aux petits encore et toujours plus.

Aujourd’hui ils tentent de nous expliquer que ces mesures d’austérité qui ne sont rien d’autre que nos galères quotidiennes, ne permettent pas d’accueillir trop de monde et bien sûr ne vont pas permettrent de faire autre chose que la mise à l’abri pour ceux qui traînent à la rue.
Même les mesures d’économies sur les nuitées d’hôtel se transforment en galères supplémentaires pour les plus démunis des démunis. Car ces familles vont être prioritaires sur le logement elles aussi. Si le logement manque ?. De toutes façons quoi qu’ils fassent c’est à minima !.
Les hébergements resteront saturés, le 115 qui ne répond favorablement qu’a un appel sur cinq (sans parler de ceux qui ne rappellent pas) va exploser et les nombreux sans-abri qui eux ne font plus ces démarches vont s’entasser dans la ville et sa périphérie.

Il est peu surprenant dans ces conditions de voir les pires propos courir les médias et les réseaux sociaux avec une écoute de plus en plus favorable.
Bref, c’est ensemble qu’ils nous envoient tous dans une société de brume.

Publicités